L’Institut national de santé publique du Québec cite notamment l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Centre de contrôle et de prévention des maladies américain (CDC), qui reconnaissent que les méthodes conventionnelles de traitement, appliquées dans les systèmes de distribution de l’eau, tels que la filtration et la désinfection, sont en mesure d’inactiver le SARS-CoV-2 soit le coronavirus à l’origine de la COVID-19.

Les coronavirus étant sensibles aux effets du chlore, il n’y a pas de risque de transmission via le réseau d’aqueduc des villes et municipalités.

L’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur «affaires municipales» (APASM), mentionne sur son site internet que «les coronavirus sont facilement détruits par les produits usuels qui sont utilisés pour la désinfection de l’eau potable. Par conséquent, le virus de la COVID-19 ne présente pas un enjeu en soi pour les stations de production d’eau potable ni pour les réseaux de distribution.»

Les autorités rappellent à la population qu’il est important de valider les nombreuses informations qui peuvent se retrouver sur les réseaux sociaux avant de les partager. De fausses informations circulent et peuvent causer angoisse, peur et panique inutile parmi les citoyennes et citoyens. La plupart du temps, une simple recherche sur internet permet d’approfondir nos connaissances et de valider ou invalider une information circulant sur les réseaux sociaux. Soyez vigilants.